Return to site

Singulière Singularité (19/03/17)

Singulière Singularité (19/03/17)

L’immortalité est peut-être pour demain. Ou plutôt pour 2045. C’est la croyance de quelques gourous de la Silicon Valley au nom de la Singularité.

 

Pour cette université-là, pas la peine de la rechercher sur APB, l’outil Admission Post Bac que fréquentent ces jours-ci les futurs étudiants. Si votre projet est de changer le monde et si vous comptez vous installer à Palo Alto, en plein cœur de la Silicon Valley - dans un ancien hangar à dirigeable de la NASA - et accessoirement débourser plusieurs milliers de dollars selon le type de programme que vous choisirez, alors la Singularity University est faite pour vous. Soutenu Google et quelques autres grandes entreprises, ce haut lieu de concentration des technologies du futur a été fondé en 2008 par l’ingénieur en chef de Google, Ray Kurzweil et le médecin Peter Diamondis, passionnés de conquête spatiale. Sans équivalent dans l’enseignement supérieur mondial, ce cursus hors norme permet à des étudiants, des start-uppers et des dirigeants d’entreprises de suivre conférences et ateliers de création sur des sujets aussi variés que les biotechnologies, l’intelligence artificielle, la robotique ou encore l’e-santé. Bref, se préparer aux grands changements à venir en « éduquant » les leaders du monde d’aujourd’hui et de demain. Principes résumés dans le slogan: « Preparing humanity for accelerating technological change ».

Bien loin des enseignements théoriques de nos universités, le postulat de départ des deux fondateurs de la Singularity University, apôtres inconditionnels du progrès technologique, est que le monde est en train de vivre une rupture exponentielle propulsée par les technologies numériques dont le rythme de propagation est si élevé que personne n’est en mesure d’en prédire les conséquences. Pas tout à fait personne car pour Kurzweil c’est en 2045 que tout basculera. A cette date, l’intelligence artificielle aura surclassé l’intelligence humaine et l’Homme deviendra alors immortel grâce à la fusion avec les machines. C’est à cette date (prédit encore Kurzweil…) que la technologie permettra de vivre indéfiniment grâce à l’hybridation « Hommes- Machines ». Notre espèce deviendra « augmentée », c'est-à-dire que nous serons un mélange de biologie et d’ordinateur régulée par une super entité intelligence. Cette « singularité » faisant entrer l’humanité dans une nouvelle ère, post-humaine.

 

Rêve d’immortalité

On doit à Kurzweil d’avoir popularisé cette notion de « singularité » en faisant paraitre en 2005 un best-seller au titre énigmatique « The singularity is near » (traduit en 2007 en français par « Humanité 2.0 : la bible du changement »). Empruntant l’expression à la théorie de la relativité qui décrit les trous noirs en tant que des phénomènes physiques si importants qu’ils échappent à toutes les lois physiques connues, ce gourou de la Silicon Valley, aujourd’hui âgé de 68 ans et bien sûr obnubilé par sa propre immortalité, est un fervent défenseur du courant transhumaniste qui prophétise la fusion prochaine de l’homme et de la machine. Grâce à la technologie et transformés en un être mi-biologique mi-informatique connecté au web, nous pourrions ainsi devenir immortels. Pour une fois, les scénaristes d’Hollywood semblent presque un peu dépassés tellement le messianisme de cette théorie transhumaniste repousse les limites morales et éthiques. Chacun dans son domaine Ray Kurzweil  et Peter Diamondis travaillent à ce dessein. Le premier au sein de Google en tant qu’ingénieur en chef de Google et le second à la tête de Human Longevity, une société spécialisée dans le séquençage du génome, et de Xprize, une fondation qu’il a créé et qui récompense les projets d’innovation les plus radicaux.

 

Einstein était dyslexique

Des personnalités, à l’instar de Stephen Hawking, Elon Musk ou encore Bill Gates,  ont collectivement émis des réserves sur ce projet insensé qu’une intelligence artificielle puisse prendre le dessus sur l’Homme et que nous devenions tous des Hommes « augmentés ». Pour le principal défenseur de ce courant de pensée, rien ne change. Interrogé il y a quelques jours lors de la Conférence SXSW à Austin, au Texas, Ray Kurzweil confirma qu’il était même « impatient d’y être » voyant en la singularité « une opportunité pour l’humanité de s’améliorer grâce à la technologie».

 

Sans verser dans l’hyper-catastrophisme d’un monde à ce point technicisé et à cette perspective d’un transhumanisme transformant radicalement l’essence humaine, veillons à ce que cette intelligence artificielle omnipotente et cette promesse d’un Homme « augmentée » ne restent que les élucubrations de quelques visionnaires de la Silicon Valley. A la clé, ce n’est rien moins que de notre condition humaine dont il est question, avec ses qualités et ses défauts. Le don ou le talent n’ayant jamais été et ne seront jamais question de quantité. Ce n’est pas parce qu’on aura augmenté nos neurones, nos muscles …. que l’on fera quelque chose de meilleur. Qui se souvient encore qu’Albert Einstein était dyslexique et qu’il a commença sa carrière en tant que fonctionnaire de l'Office des brevets de Berne ?

 

L’immortalité est peut-être pour demain. Ou plutôt pour 2045. C’est la croyance de quelques gourous de la Silicon Valley au nom de la Singularité.

Pour cette université-là, pas la peine de la rechercher sur APB, l’outil Admission Post Bac que fréquentent ces jours-ci les futurs étudiants. Si votre projet est de changer le monde et si vous comptez vous installer à Palo Alto, en plein cœur de la Silicon Valley - dans un ancien hangar à dirigeable de la NASA - et accessoirement débourser plusieurs milliers de dollars selon le type de programme que vous choisirez, alors la Singularity University est faite pour vous. Soutenu Google et quelques autres grandes entreprises, ce haut lieu de concentration des technologies du futur a été fondé en 2008 par l’ingénieur en chef de Google, Ray Kurzweil et le médecin Peter Diamondis, passionnés de conquête spatiale. Sans équivalent dans l’enseignement supérieur mondial, ce cursus hors norme permet à des étudiants, des start-uppers et des dirigeants d’entreprises de suivre conférences et ateliers de création sur des sujets aussi variés que les biotechnologies, l’intelligence artificielle, la robotique ou encore l’e-santé. Bref, se préparer aux grands changements à venir en « éduquant » les leaders du monde d’aujourd’hui et de demain. Principes résumés dans le slogan: « Preparing humanity for accelerating technological change ».

Bien loin des enseignements théoriques de nos universités, le postulat de départ des deux fondateurs de la Singularity University, apôtres inconditionnels du progrès technologique, est que le monde est en train de vivre une rupture exponentielle propulsée par les technologies numériques dont le rythme de propagation est si élevé que personne n’est en mesure d’en prédire les conséquences. Pas tout à fait personne car pour Kurzweil c’est en 2045 que tout basculera. A cette date, l’intelligence artificielle aura surclassé l’intelligence humaine et l’Homme deviendra alors immortel grâce à la fusion avec les machines. C’est à cette date (prédit encore Kurzweil…) que la technologie permettra de vivre indéfiniment grâce à l’hybridation « Hommes- Machines ». Notre espèce deviendra « augmentée », c'est-à-dire que nous serons un mélange de biologie et d’ordinateur régulée par une super entité intelligence. Cette « singularité » faisant entrer l’humanité dans une nouvelle ère, post-humaine.

Rêve d’immortalité

On doit à Kurzweil d’avoir popularisé cette notion de « singularité » en faisant paraitre en 2005 un best-seller au titre énigmatique « The singularity is near » (traduit en 2007 en français par « Humanité 2.0 : la bible du changement »). Empruntant l’expression à la théorie de la relativité qui décrit les trous noirs en tant que des phénomènes physiques si importants qu’ils échappent à toutes les lois physiques connues, ce gourou de la Silicon Valley, aujourd’hui âgé de 68 ans et bien sûr obnubilé par sa propre immortalité, est un fervent défenseur du courant transhumaniste qui prophétise la fusion prochaine de l’homme et de la machine. Grâce à la technologie et transformés en un être mi-biologique mi-informatique connecté au web, nous pourrions ainsi devenir immortels. Pour une fois, les scénaristes d’Hollywood semblent presque un peu dépassés tellement le messianisme de cette théorie transhumaniste repousse les limites morales et éthiques. Chacun dans son domaine Ray Kurzweil  et Peter Diamondis travaillent à ce dessein. Le premier au sein de Google en tant qu’ingénieur en chef de Google et le second à la tête de Human Longevity, une société spécialisée dans le séquençage du génome, et de Xprize, une fondation qu’il a créé et qui récompense les projets d’innovation les plus radicaux.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly